Du pensionnat à l’internat.

Il fut un temps, pas si lointain que cela, où les règles de bois martelaient les bancs des salles d’étude. Un temps où le silence régnait en maître sous la houlette de « l’homme en noir ». Un temps où l’écoute et le dialogue n’avaient que peu de place. Un temps où les familles étaient tenues à l’écart de la vie scolaire. Un temps où le mot discipline était trop souvent synonyme d’autorité. Un temps où le surveillant inspirait plus la crainte que le respect. Un temps enfin où vous étiez pensionnaire. Si les salles d’étude ont traversé les décennies, encore transpirantes des groupes d’élèves au travail, habitées des marmottements et autres chahuts de jadis, les mètres de bois quant à eux, ont bel et bien disparus. L’habit sombre a fait place à une tenue de ville moderne et les locataires du collège sont maintenant devenus Educateur et Interne.

Les jeunes sont-ils différents ? Devons-nous vraiment le penser ou le croire ?
Nous sommes responsables du monde dans lequel vivent nos enfants.

– « De notre temps nous n’aurions jamais osé. »

De notre temps, nous avons tous entendu cette phrase, nous avons tous été agacés par cette phrase, … et pourtant cela ne nous empêche nullement de l’utiliser face à nos propres enfants. Oui effectivement, de notre temps on ne faisait pas ceci ou cela. Que dire alors des sarbacanes improvisées, des pieds de chaises bricolés, des « tchouquets » mâchouillés, des seaux d’eau oubliés et des serrures enrhumées. Les générations suivantes pourtant, comme toutes celles qui nous ont précédés, pourront plus que certainement elles aussi en user. Et ce sera le début d’un nouveau cycle. Nos jeunes sont sans doute plus francs, plus curieux, plus débrouillards, plus questionneurs, … ils osent. Et parfois, nous ne savons comment réagir, comment répondre. Ils nous bousculent, nous obligent à nous remettre en question et parfois même, ils nous font peur. Ne sommes-nous pas les instigateurs de cet état de fait ?

Cependant, tout cela ne nous empêche pas de les soutenir, de les aimer et de les accompagner dans la vie. Aujourd’hui, notre objectif à l’internat est bien celui-là, aider le jeune à trouver sa place en tant qu’individu et citoyen. Car malgré cette force qu’il vous montre et qui vous déstabilise, il a besoin de se sentir important à vos yeux, utile à la société et aux autres. Il a besoin de ce sentiment de sécurité qui fait malheureusement trop souvent défaut. En tant que parents, éducateurs, nous avons le devoir de le rassurer.

L’internat se veut un lieu de vie à part entière où les rires et les chagrins s’entremêlent et se partagent. Un lieu où le travail, le sport et les distractions se succèdent. Un Lieu où votre enfant peut se découvrir et grandir entouré de condisciples et d’éducateurs souvent bienveillants.

A l’internat, nous accueillons et nous accompagnons.

Baudouin RODRIC,
Préfet de L’internat

Nos objectifs.

  • Fournir aux élèves l’encadrement matériel et humain le mieux adapté possible, afin qu’ils puissent mener à bien leur scolarité.
  • Aider les élèves à trouver leur épanouissement dans le travail scolaire et dans les moments de détente.
  • Apprendre à vivre dans un cadre et des lois qui   garantissent le bien-être de tous (jeunes et adultes), la relation, l’écoute et   le dialogue.
  • Apprendre la vie communautaire dans le respect de soi, des   autres et du cadre de vie.
  • Apprendre l’équilibre et l’harmonie dans la relation avec les autres (jeunes et adultes).
  • Apprendre progressivement l’autonomie et la responsabilisation en collaboration avec les adultes.
  • Apprendre à participer à des projets collectifs. Apprendre à en construire.
  • Informer régulièrement les parents et/ou les tuteurs/responsables légaux. Privilégier la communication. Chaque quinzaine pour les 1.2.3., et chaque mois pour les 4.5.6., un compte rendu d’observation de la situation scolaire et disciplinaire est envoyé aux parents, ainsi qu’au titulaire de classe.